Retour à l'accueil
L'Association Adhérer Nous contacter Plan du site
Espace adhérent
Logo les Pierres Sauvages de Belcastel

Reportage photographique Algérie avril 2008

"Portes du désert"

Ghardaïa    El Goléa (El Meniaa)    Timimoun


Ghardaïa Hôtel M’zab
(ex-Rostémides)

1970, 600 lits
album de photographies
L’hôtel M’zab n’est pas exploité. Il vient d’être restauré avec un respect assez rare en Algérie pour l’œuvre originelle. Excepté quelques rehauts de peinture rouge en façade extérieure qui n’existaient pas auparavent, il a entièrement été peint en blanc et tous les éléments d’origine qui pouvaient être conservés l’ont été.  Les troncs de palmier formant garde-corps des balcons ont simplement été remplacé par de l’inox. On ne sait bien sûr pas quelles transformations subira l’hôtel par les nouveaux exploitants. Excepté  le vent de sable qui crée une atmosphère et une lumière particulières, il s’agissait donc d’un moment idéal pour prendre des photographies.

Timimoun Hôtel El Gourara
1968, 150 lits, extension en 1971
album de photographies
Cet hôtel est l’un des plus connus réalisés par Fernand Pouillon en Algérie.
De la rue on ne devine rien de son volume réel, de son développement en terrasses successives, de l’incroyable perspective sur la palmeraie et le désert que Fernand Pouillon a manifestement privilégiée puisqu’elle anime tous les espaces extérieurs de l’hôtel et les vues depuis les chambres qui se développent en arc de cercle. Depuis la palmeraie, on cherche et on peine à trouver le volume de cet hôtel qui épouse les pentes et terrasses du plateau qui la domine. Une grande leçon d’urbanisme et de modestie au sein d’un site exceptionnel.

El Goléa (El Meniaa) Hôtel El Boustène (le Boustan)
 1968, 200 lits, extension 1974

album de photographies
Exceptés la boîte de nuit,  des locaux administratifs, et une aile, l’hôtel est inhabitable.
Malgré tout, l’esprit qui a présidé aux dispositifs de jardins semi-fermés, d’allées couvertes, de moyens d’ombre, de lumière, de courants d’air, et de forte présence de ce somptueux matériau qu’est la céramique est là. Tout est ruiné…et pourtant tout est presque intact.

Ghardaïa « Siège de l'A.P.C.  » 1968
album de photographies
 « Mairie-Cinéma » était le nom du projet. En réalité il s’agit actuellement du siège de l’A.P.C. Assemblée Populaire Communale, qui doit déménager bientôt, et d’une salle de « spectacles » et réunions qui n’a jamais servi de cinéma.
L’ensemble était de couleur sable à l’origine et ses formes d’origine sont alourdies par des encombrements ou des ajouts qui en rendent la lecture difficile.

Ghardaïa Hôtel El Djanoub
1974-1975 600 lits

album de photographies
La conception de cet hôtel date de 1974-1975 mais sa construction a été entreprise des années plus tard par l’Entreprise d’Etat et a été principalement réalisée alors que Fernand Pouillon avait quitté l’Algérie.
On est loin de l’unité de conception et de réalisation exigée par Fernand Pouillon Les espaces sont le plus souvent très vastes, les formes lourdes et même curieuses parfois, les matériaux impersonnels. La maquette a été réalisée assez récemment. Il faudrait établir une comparaison entre les plans d’origine et ce qui a été réalisé.

Tipaza Matarès
Complexe, Hôtel de la Baie 1969
Extension du Complexe 1971
album de photographies
Tipaza Matarès est situé au pied du magnifique mont Chenoua.  Si l’hôtel de la Baie est toujours ouvert au public, il ne semble pas en être de même dans la partie du complexe formée d’un petit dédale de rues, boutiques, bungalows avec patios, comme une petite casbah qui aurait survécu, difficilement, aux vicissitudes du monde contemporain. C’est pourtant la partie la plus poétique et charmeuse du complexe. Peut-être un jour les membres de l’association pourront-ils y séjourner ?

Retour Haut de page

Hôtel Gourara à Timimoun
Architecte
France
Algérie
Iran
Non réalisés
Chronologie
Ecrivain
Editeur
Biographie
Bibliographie
Archives
Actualités Dossiers thématiques Version anglaise
Mentions légales Les Pierres Sauvages de Belcastel Antarès so